1939-1945 : Le combat des démocraties

J’étais à Londres en 1940 quand de Gaulle y arriva. Ensemble, avec Churchill, nous tentâmes de garder le gouvernement de la France aux côtés des Alliés. Mais l’armistice fut signé et je partis aux Etats-Unis pour animer le Victory Program du président Roosevelt. Des dizaines de milliers d’avions et de chars furent construits. Ils serviraient à la libération de l’Europe.

Sans titre5
Réunion franco-anglaise. De gauche à droite, assis : général Catroux, général de Gaulle, Sir Winston Churchill, général Giraud, Anthony Eden ; debout : Jean Monnet, André Philip, Harold Macmillan, général Georges, Sir Alan Brooke, amiral Cunningham, René Massigli. Alger, 4 juin 1943
©Droits réservés

En 1942, l’Afrique du Nord était libérée, mais il fallait réunir les forces françaises qui, là-bas, voulaient se battre aux côtés des Alliés. Enfin, en 1943, fut créé à Alger le Comité de Libération Nationale où j’étais chargé de l’armement.

 

top