216 Cahiers rouges

➢ Mobilité et libre circulation en Europe; un regard suisse. 

216e Cahier rouge publié en février 2017.

Le 9 février 2014, les citoyens suisses ont dit ‘non’ à plus de mobilité en demandant une réduction des flux d’immigration en provenance de l’Europe. Le même jour pourtant, ces mêmes citoyens ont dit ‘oui’ à plus de mobilité, en plébiscitant un fond pour le développement du rail. Comment expliquer cette tension ? Au travers de la métaphore d’une Métropole Europa, Vincent Kaufmann et Ander Audikana nous offrent une approche sociologique de la question de la mobilité en Europe et en Suisse.

Par une analyse innovante mêlant sociologie, géographie et politique, les relations entre la Suisse et l’Europe sont éclairées à la lumière de la mobilité et des transports, thématiques au cœur du projet européen. Comment aborder aujourd’hui la question de la mobilité ? Est-elle facteur d’intégration ou, au contraire, d’exclusion ?

Cet ouvrage est la conclusion d’une recherche menée par Vincent Kaufmann, professeur associé à l’École polytechnique fédérale de Lausanne et directeur du Laboratoire de sociologie urbaine, et Ander Audikana, chercheur à l’Université de Deusto en Espagne.

Libre circulation: des grands principes à leur mise en œuvre, Le Temps, 15 juin 2017

 

Relations transatlantiques face aux défis du monde global.

215e Cahier rouge publié en juin 2015.

215e Cahier rouge

Une longue histoire commune honore le passé, assoit le présent et donne des gages à l’avenir. La force du partenariat euro-américain résulte de cette caractéristique. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe de l’Ouest bénéficiait de la protection du parapluie nucléaire américain et les États-Unis d’un accès au marché européen offrant un débouché à leurs exportations.

Si la relation transatlantique a connu des périodes de disharmonie, aucune d’elles cependant n’a sérieusement remis en cause cette solidarité. Même les récentes affaires d’espionnage n’ont pas réussi à entraver les négociations entre les Etats-Unis et l’Union européenne visant à établir un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement. De fait, la relation transatlantique représente près de la moitié du PIB mondial, c’est dire si les Etats-Unis et l’Europe ont des intérêts communs à préserver ensemble.

Il serait cependant erroné de croire que la compétition n’a pas sa place dans une relation qui se caractérise depuis ses débuts par une oscillation constante entre coopération et concurrence. Si les États-Unis et l’Europe sont tenus de rester ouverts au monde, les autres partenaires que sont en particulier le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, ne cessent d’interroger la solidité du binôme qui domine la scène internationale.

Bien qu’il serait infondé d’attendre de la coopération euro-américaine qu’elle soit exclusive, la question se pose désormais pour l’Europe de savoir si elle reste vis-à-vis des Etats-Unis un partenaire privilégié à l’heure où ces derniers développent un partenariat transpacifique.

Contributions de Gérard Bossuat, José Maria Gil-Robles, Jacqueline Grapin, Gilles Grin, Catherine Guisan, Daniel S. Hamilton, Jussi Hanhimäki, Robert Hunter, Philippe Larédo et Lionel Villard, Barry F. Machado, Sophie Meunier, Philippe G. Nell, Sergio Rossi, Pierre Vimont.

 

Jean Monnet – Actualité d’un bâtisseur de l’Europe unie.

214e Cahier rouge publié en octobre 2013.

 13-10-08_couverture_livre_PF2

Le destin hors du commun de celui que de Gaulle appelait « l’inspirateur » et Kennedy « homme d’Etat du monde » mena Jean Monnet sur plusieurs continents.

Les Grands de ce monde l’ont considéré comme leur égal : Clemenceau, Blum, Schuman et de Gaulle, Tchang Kaï-chek, Churchill, Roosevelt et Kennedy, Adenauer, Brandt et tant d’autres hommes d’Etat ont écouté et suivi cet étonnant Français venu de Cognac pour régler les affaires du monde.

Mais la grande œuvre de Jean Monnet, c’est la construction de l’Europe : il est l’inventeur de la méthode d’intégration qui, depuis 1950, permet de poursuivre la recherche de l’intérêt commun européen tout en respectant les identités nationales. Dès lors, et jusqu’à sa mort en 1979, il devient le père de l’Europe, usant jour après jour de sa considérable influence pour faire avancer concrètement l’unité du continent.

L’œuvre de Jean Monnet (1888-1979) est immense : elle a transformé durablement nos conditions de vie. Elle reste une source d’inspiration pour tous ceux qui pensent que l’idée européenne est une réponse aux défis de notre temps.

Pascal Fontaine, né en 1948, fut le dernier assistant de Jean Monnet, avec qui il travailla de 1973 à 1977. Auteur d’ouvrages et d’articles sur la construction européenne, il est Directeur honoraire au Parlement européen, Vice-président de la Fondation Jean Monnet pour l’Europe à Lausanne et enseigne à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris.

 

 

Suisse – Communauté européenne. Au cœur des négociations sur l’Espace économique européen.

213e Cahier rouge publié en mai 2012.

couverture

Comment la Communauté européenne (CE), la Suisse et ses partenaires de l’Association européenne de libre-échange (AELE) ont-ils conduit la plus grande et la plus complexe négociation de leur histoire ? Vingt ans après la signature de l’accord de l’Espace économique européen (EEE), le 2 mai 1992 à Porto, l’ouvrage de Philippe G. Nell apporte un éclairage unique sur le débat politique en Suisse, sur l’art de négocier, et sur les raisons ayant conduit à une demande d’adhésion à la CE. Au fil des pages, une brochette d’acteurs prestigieux et engagés nous révèlent les attentes, les surprises, les coups de théâtre, les déceptions et les succès d’un accord qui rejoint sans cesse l’actualité.

Un récit inédit :

  • des grands enjeux et des points forts des négociations ;
  • des réunions officielles et des rencontres informelles des diplomates suisses et de leurs partenaires de l’AELE avec l’Union européenne ;
  • du débat sur l’EEE conduit au sein du Conseil fédéral ;
  • des options de politique européenne ;
  • d’un contexte marqué par la chute du mur de Berlin qui met en scène les protagonistes des négociations, notamment du côté suisse Jean-Pascal Delamuraz, René Felber et Franz Blankart, et du côté communautaire Jacques Delors, Frans Andriessen et Horst Krenzler.

Philippe G. Nell, privat docent, docteur en études internationales, économiste, aujourd’hui ministre diplomatique chargé des relations bilatérales entre la Suisse et les Amériques au Secrétariat d’Etat suisse à l’économie, a participé à un poste clef aux négociations sur l’EEE. Il enseigne dans les universités de Bâle et de Fribourg et a publié de nombreux articles de politique d’intégration et commerciale.

 

 

Une dynamique européenne. Le Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe.

212e Cahier rouge publié en juin 2011.

couverture1

Actes du colloque organisé par la Fondation en septembre 2009 sur le thème : « Le Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe : méthode, action, influence »

Outre l’étude du Comité d’action (création, composition, fonctionnement, rôle, influence) et de la personnalité de Jean Monnet (philosophie politique, méthode, réseaux), l’ouvrage reflète l’état le plus récent de la recherche sur plusieurs thèmes liés à l’évolution de l’Union européenne du milieu des années 1950 à la fin des années 1970:

  • la place de l’Allemagne en Europe, et notamment les relations franco allemandes ;
  • la politique intérieure italienne des années 1950 aux années 1970 ;
  • la longue genèse de l’intégration monétaire européenne ;
  • les enjeux sociaux de la construction européenne et les débuts de la politique sociale communautaire ;
  • le premier élargissement des Communautés européennes, en particulier l’adhésion du Royaume-Uni ;
  • les défis énergétiques de l’Europe ;
  • les questions de sécurité ;
  • les systèmes fédéraux, autour des exemples de la Suisse, de l’Allemagne, des Etats-Unis et de la Communauté européenne en construction.

Des contributions d’historiens, d’économistes et de juristes : Antonio Varsori, Jan van der Harst, Martial Libera, Maria Grazia Melchionni, Elsa Glombard, Guido Thiemeyer, Philippe Mioche, Nicolae Paun, Radu Albu-Comanescu, Valérie Aubourg, Klaus Schwabe, Gilles Grin, Christine Kaddous, Gérard Bossuat et Wilfried Loth, enrichies de réflexions d’acteurs et de témoins : Enrique Barón Crespo, Jacques Barrot, Pascal Fontaine, José María Gil-Robles, Jacques-René Rabier, Eric Roussel et Mário Soares. Recension du livre par l’Agence Europe

 

 

 

top