Conférence de Pat Cox, nouveau président de la Fondation

Conférence européenne - 12 mars 2015

De la crise économique à une crise politique

dans l’Union européenne ?

Le jeudi 12 mars 2015, Pat Cox, ancien président du Parlement européen et du Mouvement européen international, a prononcé, sur le campus de l’Université de Lausanne, sa conférence inaugurale en tant que nouveau président de la Fondation. La conférence a été ouverte par José Maria Gil-Robles, président sortant de la Fondation, qui a également présenté M. Cox au public de près de 300 personnes.

Dans son allocution très dense « De la crise économique à une crise politique dans l’Union européenne ? », Pat Cox revient sur la crise de la zone euro depuis 2008 et la stagnation économique qui en résulte, du moins dans certains pays. Il souligne le rôle central de l’Allemagne pour pouvoir comprendre les réponses à la crise, tant en ce qui concerne les réformes adoptées et que celles qui n’ont pas été retenues. Il regrette que l’Allemagne, qui a pourtant davantage de marge de manœuvre que bien d’autres Etats, rechigne à s’engager davantage dans les investissements publics, nonobstant les besoins évidents, et renonce ainsi à apporter sa possible contribution à la relance économique en Europe.

Selon lui, la crise de la dette a frappé la Grèce avec une sévérité particulière, faisant état durant six ans d’une baisse totale du revenu national d’un quart, et produisant des troubles sociaux profonds. Les évaluations de la Troïka quant aux incidences potentielles du premier programme de secours de la Grèce se sont avérées beaucoup trop optimistes.

La zone euro a produit une série de réformes depuis le début de la crise. Ces réformes devraient diminuer la possibilité d’une crise semblable à l’avenir. Mais considérées dans leur ensemble, elles n’ont pas encore atteint l’équilibre nécessaire pour sortir la zone euro de sa crise actuelle.

En conclusion, Pat Cox suggère que faire tout ce qui est nécessaire devrait être le maître mot de nos leaders politiques et pas seulement celui du président de la BCE, Mario Draghi (qui avait déclaré que tout ce qui devrait être fait pour préserver l’euro sera fait). L’ambition combinée au pragmatisme, c’était la méthode Monnet dans laquelle le nouveau président de la Fondation dit se reconnaître. Selon lui, l’Europe a besoin d’un nouveau « moment Monnet ».

Echos dans la presse

Film de la Conférence

  1. Ouverture de la conférence par José Maria Gil-Robles

 

2. Conférence de Pat Cox

 

3. Débat avec le public

top