Présentation générale et Statuts

La Fondation Jean Monnet pour l’Europe a été créée en 1978 par Jean Monnet, l’un des pères fondateurs de la construction européenne, qui lui a confié l’ensemble de ses archives. Institution indépendante  de  pure utilité publique, non-partisane et non-militante, elle bénéficie du soutien de l’Etat de Vaud, de la Confédération suisse et de la Ville de Lausanne. Elle déploie ses activités depuis la Ferme de Dorigny, située au cœur du campus universitaire et mise à sa disposition par l’Etat de Vaud.

Elle accueille aujourd’hui de nombreux autres fonds d’archives privés, comprenant des documents iconographiques et audiovisuels. Elle abrite également une bibliothèque et un centre de documentation spécialisés. Ainsi, elle rend accessible aux chercheurs, enseignants et étudiants ce corpus unique de ressources sur l’histoire de la construction européenne. En outre, elle développe un programme d’entretiens filmés et attribue chaque année à plusieurs chercheurs sa Bourse Henri Rieben.

La Fondation est également un lieu de débat et de rencontre. Elle organise des colloques scientifiques, ainsi qu’une série de “Dialogues européens” et de “Conférences européennes” qui traitent des diverses facettes des grands enjeux contemporains en réunissant des intervenants de premier plan (professeurs, experts, responsables politiques, diplomates, hauts fonctionnaires…). Elle accueille de nombreux chercheurs, ainsi que des visiteurs, aussi bien des personnalités éminentes que des groupes intéressés, qui ont alors l’occasion d’approcher des pièces d’archive de choix et de faire part de leurs réflexions. Elle décerne périodiquement sa Médaille d’or à des acteurs engagés en faveur de l’intérêt commun des Européens. Enfin, la Fondation poursuit l’édition de la collection des “Cahiers rouges” qui en est à son 215e numéro.

Après deux ans de travaux, la Fondation a réintégré en juin 2011 la Ferme de Dorigny agrandie et rénovée. Les nouveaux locaux de conservation des archives écrites et audiovisuelles garantissent des conditions optimales de préservation et de sécurité tandis que de nouveaux espaces de travail ont été aménagés pour répondre à la demande croissante de consultation du patrimoine documentaire détenu par la Fondation.

La Fondation est ainsi devenue sur le site universitaire de Lausanne et en terre vaudoise une institution au rayonnement européen et international. Elle offre à la Confédération suisse une plateforme précieuse d’échange et de rencontre.

Pat Cox, ancien président du Parlement européen et du Mouvement européen international, préside la Fondation depuis le 1er janvier 2015. Ses prédécesseurs sont José Maria Gil-Robles (2009–2014), ancien président du Parlement européen et du Mouvement européen international ; Bronislaw Geremek (2006–2008), député au Parlement européen et ancien ministre des affaires étrangères de Pologne ; et Henri Rieben (1978–2005), professeur à l’Université de Lausanne. L’institution est dirigée depuis 2012 par Gilles Grin, docteur en relations internationales, par ailleurs chargé de cours à l’Université de Lausanne.

Extrait des Statuts

Le but de la Fondation, fixé par l’article 5 de ses statuts, est de contribuer « aux efforts consacrés à la construction de l’Europe en s’inspirant de la pensée, de la méthode et de l’action de Jean Monnet ».

Pour ce faire, elle agit par tous les moyens utiles, notamment:

  1. la réception et la conservation à Lausanne des archives de Monsieur Jean Monnet. La Fondation en organise et en facilite l’exploitation sur le plan universitaire et veille à ce qu’elles servent de base à des recherches utiles à son but;
  2. l’aide à la divulgation de la pensée et de la méthode de Monsieur Jean Monnet, par des conférences et des colloques fondés sur les archives;
  3. par des concertations régulières sur des thèmes européens, le maintien des liens entre les diverses personnalités qui ont collaboré avec Monsieur Jean Monnet et l’extension de ces liens à tous ceux qui, animés par le même idéal, désirent et peuvent agir pour sa réalisation ».

Elle se propose également, « par une analyse et une réflexion de haut niveau consacrée à la situation de l’Europe », de permettre « aux Suisses et à leurs collègues de la Fondation de considérer leurs problèmes respectifs dans la perspective de l’intérêt commun ».

 

top